fond-nb-mag

Les erreurs SEO à éviter !

fond-nb-mag
fond-nb-mag
Slider

Temps de lec­ture : 7 minutes

C’est le rêve de toute société, que d’attirer des visi­teurs et pros­pects sur son blog, que son article soit vu, par­tagé et que tout le monde en parle au bis­trot le soir après une dure journée de boulot… Mais au fond, c’est quand même sympa d’être “number one” sur les moteurs de recherches et d’attirer des clients potentiels.

Les erreurs liées à la construction.

 

Les erreurs Méta récurrentes

 

 

Vos balises Meta per­mettent de donner des infor­ma­tions aux moteurs de recherches. Il faut donc les aider à iden­ti­fier le contenu de vos pages afin de les mon­trer aux inter­nautes « deman­deurs ». Parmi les erreurs les plus cou­rantes, on constate un manque au niveau des balises titres :

  • Des balises H1 man­quantes, en dou­blons ou dupli­quées ! Pour rappel, ces balises doivent être uniques et per­son­na­li­sées pour chaque page.
  • On trouve par­fois des méta-des­crip­tions man­quantes. Il s’agit d’un court para­graphe de 160 mots accom­pa­gnant la balise titre. Cette intro­duc­tion aide à convaincre l’utilisateur.
  • Enfin, les balises ALT sont sou­vent négli­gées. Ces balises four­nissent des infor­ma­tions pour les non-voyants. 
     

 

Ne pas optimiser ses liens

 

 

Le HTTPS apporte un réel gage de confiance et de sécu­rité. Les navi­ga­teurs aler­te­ront leurs inter­nautes si votre site est non sécu­risé et par­fois ne pren­dront pas la peine de cli­quer dessus. Sans ren­trer dans les détails, pro­poser un site avec du contenu mixte (HTTP & HTTPS) est une erreur. Tous vos liens internes doivent être en HTTPS. Et cette erreur inter­vient sou­vent dans le cadre d’une refonte ou d’une migra­tion. Les liens de vos anciennes pages (et donc HTTP) ne faci­litent pas le tra­vail des moteurs de recherches.

 

 

Oublier le maillage interne

 

 

Penser arai­gnée ! Le meilleur exemple reste Wiki­pédia. Sur cha­cune de leurs pages, vous pouvez en atteindre d’autres, trai­tant du même sujet ou par­tiel­le­ment. Du point de vue uti­li­sa­teur, vous devez lui mettre tout votre contenu à portée de main. Dès qu’il arrive sur une page, il doit pou­voir atteindre les autres sans avoir à appuyer sur « Pré­cé­dent ». Du point de vue de Google, cela lui permet de mieux cerner et com­prendre votre contenu. C’est un élé­ment impor­tant du réfé­ren­ce­ment naturel.

 

 

La profondeur de site

 

 

La pro­fon­deur de page cor­res­pond au nombre de clics néces­saire pour atteindre une page spé­ci­fique depuis la page d’accueil. Et ces pages « pro­fondes » ont sou­vent un score infé­rieur, car elles sont dif­fi­ciles à trouver. A for­tiori, si elles sont dif­fi­ciles d’accès, les robots la scan­ne­ront moins sou­vent, et donc son contenu, moins affiché. Les sites web dont les arbo­res­cences et les maillages internes ne sont pas opti­misés sont sou­vent vic­times de ces erreurs SEO.

 

Les erreurs liées au contenu.

 

 

Google Panda est un l’algorithme des­tiné à scanner le contenu de votre site internet et de le juger. Des robots passent régu­liè­re­ment sur votre site afin de chasser le contenu de mau­vaise qua­lité. Plu­sieurs points entrent en jeu.

 

 

Prendre les mauvais mots clés

 

 

Le mar­ke­ting de contenu n’est pas si simple à com­prendre. Au moment de la créa­tion du site internet, il faut bien orienter son contenu et sélec­tionner les meilleurs mots clés.

1. “Meilleur mot clé” ne veut pas dire les plus cou­rants. Choisir des mots clés trop génériques/​communs pour­rait nuire, car trop concurrentiel.

2. Choisir des mots clés trop larges et donc, se retrouver avec des mots clés qui ne cor­res­pondent pas à vos produits/​prestations. Cela aug­men­te­rait le taux de rebonds, car le trafic n’est pas qualifié.

 

 

…Et en abuser

 

 

Il est logique de se dire que si on intègre sur sa page web, tous les mots clés les plus recher­chés, alors nous serons plus visibles. Il n’en est rien. Les plus malins trou­ve­ront donc intel­li­gent d’intégrer une mul­ti­tude de mots clés, dans leur page d’accueil, afin d’être plus visible. Et par­fois mal­adroi­te­ment, juste en copiant-col­lant ces mots clés. Gardez en tête qu’un mot clé mérite une page . Au-delà, vous prenez le risque de vous perdre sur le contenu, sur­tout si votre site internet est naissant.

 

 

Le duplicate content

 

 

Le dupli­cate content désigne du contenu texte à l’identique. C’est la prin­ci­pale erreur SEO qu’il faut éviter abso­lu­ment. Plus on avance dans le temps, plus on s’aperçoit que le contenu devient de plus en plus impor­tant au réfé­ren­ce­ment naturel. Ce pro­blème peut inter­venir de deux manières différentes :

1. Du contenu iden­tique sur deux URL dif­fé­rentes de votre propre site internet. Cela arrive régu­liè­re­ment avec les sites e‑commerce et les fiches produits.

2. Du contenu iden­tique. Sur deux sites internet dif­fé­rents. Phé­no­mène très rare et craint par les pro­prié­taires de sites internet, quand il n’est pas le fruit d’un « copié-collé » sau­vage sur le site d’un de vos concurrents.

 

 

Il faut com­prendre par là que l’indexation coûte à Google et que pro­poser un contenu deux fois, n’a aucun intérêt pour lui et n’apporte aucune valeur ajoutée pour les inter­nautes. Dans le pre­mier cas (deux pages iden­tiques et même URL), alors la meilleure sera indexée selon les cri­tères de Google (le Page­Rank entre en jeu). Dans le second cas, Google regar­dera quel site a pro­posé le contenu de qua­lité en pre­mier et vous sanc­tion­nera dans votre clas­se­ment sur les moteurs de recherches.

 

 

Les erreurs liées à l’expérience utilisateur.

 

 

Des pages trop longues à charger

 

 

L’internaute est en quête d’informations. Vous aurez beau avoir l’information capi­tale, si votre sup­port met du temps à s’afficher, l’utilisateur ira cher­cher son infor­ma­tion ailleurs (pour le plus grand plaisir de vos concur­rents). Vos pages doivent s’afficher rapi­de­ment sur tous vos sup­ports : télé­phone, tablette ou desktop.  Amé­liorer l’expérience uti­li­sa­teur (dans le jargon, l’UX design) ne doit pas être négligé.

 

 

Des technologies anciennes

 

 

Pour une meilleure indexa­tion de vos pages, il faut évo­luer au rythme des demandes de vos uti­li­sa­teurs et lâcher cer­taines pra­tiques. Parmi ces pra­tiques rares, il y a le Latin et autre langue morte. Les moteurs de recherches ont du mal à le lire. Depuis l’année der­nière, Google cesse de prendre en charge la tech­no­logie Flash. Si une page en contient, il l’ignorera (ainsi que les fichiers SWF). Et si vous avez (le mal­heur) d’avoir une page entière en Flash, Google la dés­in­dexera. Après de mul­tiples aver­tis­se­ments sur ces uti­li­sa­tions deve­nues aujourd’hui obso­lète, Google estime le HTML5 est plus per­for­mant et qu’il faut le pri­vi­lé­gier. Fini le flash. Ciao Pantin !

 

 

Oublier le mobile first

 

 

Cela fait plu­sieurs années que les recherches sur mobiles dépassent les recherches sur desktop. La plu­part de nos clients dépassent les 60% de recherches sur mobile. Bien évi­dem­ment, cela varie en fonc­tion du domaine d’expertises sur lequel nos clients tra­vaillent. Tous les moteurs de recherches mettent très régu­liè­re­ment leurs algo­rithmes de réfé­ren­ce­ment à jour jusqu’à par­fois pri­vi­lé­gier les sites mobile first et les sites dits « responsif ». 

 

 

Bonus : attention aux refontes !

 

 

La fina­lité d’une refonte est tou­jours posi­tive : avoir un site plus jeune, un design plus épuré, un trafic amé­lioré. Cepen­dant il faut le faire dans les règles afin de conserver tout son réfé­ren­ce­ment (sa côte de popu­la­rité ainsi que sa visi­bi­lité). Tou­jours penser à redi­riger ses pages vers les nou­velles ULR afin d’éviter des erreurs type 301. Cela évi­tera par la même occa­sion que vos uti­li­sa­teurs n’arrivent sur une page 404.

 

 

Soi­gner ses redi­rec­tions permet éga­le­ment de conserver les back­links. Ils témoignent du sérieux de votre site et ren­forcent son auto­rité. La redi­rec­tion va donc per­mettre de trans­férer toute la « puis­sance » de votre page, sur cette nou­velle URL. 

Enfin, il faut garder en tête que la mul­ti­pli­ca­tion des refontes lisse tou­jours des traces et permet aux erreurs/​redirections de s’accumuler.

 

En Conclusion

 

 

Expé­rience uti­li­sa­teur, contenu, construc­tion de site : réa­liser un site internet peut sem­bler facile, mais le réfé­rencer, c’est une autre his­toire. Une stra­tégie de contenu est néces­saire afin d’éviter ces erreurs.

Faites plaisir à votre ami Google, il vous récom­pen­sera. Et éviter ces erreurs vous démar­quera de vos concurrents. 

Vous sou­haitez dis­cuter site internet ou faire un audit?  Contactez l’a­gence et nous en dis­cu­te­rons autour d’un thé ou d’un café :

Par­tagez cet article sur :

Un Projet ?

Pour accélérer votre développement. Vous êtes au bon endroit.

Les données saisies dans ce formulaire permettront à IMPACT EVOLUTION de répondre à votre demande de Contact. Pour toute information complémentaire, nous vous invitons à consulter la Politique de confidentialité ou à nous contacter à l’adresse agence@impact-evolution.fr

Impact Evolution regroupe toutes les expertises en interne d’une agence web, d'une agence de marketing, d’une agence digitale et d’une agence de communication. Implanté à Toulouse, nous aidons les entreprises BtoC et BtoB à concrétiser leurs ambitions de développement.

BALMA

7 route de Pin Balma
31130 Balma

         

05 61 24 32 89

 

Mentions Légales - Politique de confidentialité
Copyright © 2004 - 2021 Impact Evolution