Slide
fond-nb-mag

Les outils Google au service du mar­keting et du web

fond-nb-mag
fond-nb-mag

Temps de lecture : 7 minutes

Google est partout, et vous l’utilisez sans aucun doute tous les jours. Youtube, Google Drive, Google Meet, il existe de nom­breux ser­vices acces­sibles à tous. Cependant, cer­tains outils sont des­tinés à des pro­fes­sionnels du mar­keting et du déve­lop­pement web.

Les outils Marketing

 

 

Les sta­tis­tiques ?

 

 

Com­mençons d’abord avec l’outil le plus connu : Google Ana­lytics. Comme son nom l’indique, il consiste à avoir accès aux sta­tis­tiques d’un site web afin de mesurer la visi­bilité de celui-ci. On peut y trouver le nombre de visites, le taux de rebond, les pages les plus consultés ou encore les données démo­gra­phiques des visi­teurs. Il existe d’autres outils simi­laires mais Google Ana­lytics reste la meilleure solution gra­tuite, et pro­ba­blement la plus utilisée.

 

 

La publicité

 

 

Qui dit mar­keting dit publicité. Et pour faire des annonces publi­ci­taires il y a Google Ads (ancien­nement appelé Google Adwords). Cet outil permet de faire du réfé­ren­cement payant (SEA) en search (résultats de recherche Google), en display (image et vidéo), sur l’interface Google Shopping, mais aussi sur Youtube.

Google Ads offre la pos­si­bilité de faire du remar­keting (connu aussi sous le nom de retar­geting). Le remar­keting consiste à cibler un individu qui a déjà visité votre site, en lui pro­posant des publi­cités de votre site qu’il retrouvera sur d’autres sites internet par­te­naires de Google.

 

 

Les fiches d’in­for­ma­tions d’entreprise

 

 

Pour mettre en avant des entre­prises, le moteur de recherche propose Google My Business. C’est un outil per­mettant de créer une fiche qui apparaît à droite des recherches Google. On y retrouve les horaires, le numéro de télé­phone, et même des avis. Cette interface est sem­blable à un mini site. Quand un inter­naute va chercher des infor­ma­tions basiques comme les horaires ou le numéro de télé­phone, il va aller au plus court et les prendre via cette fiche. C’est donc le premier contact qu’on établit avec l’internaute, s’il est inté­ressé il pourra se diriger sur le site.

Cet outil fait partie de la stra­tégie de réfé­ren­cement naturel, il y a alors des manières de l’optimiser.

 

 

La gestion de balises

 

 

Avoir tout à un seul même endroit, c’est plutôt béné­fique et ça fait gagner du temps. C’est ce que propose Google Tag Manager. Cette solution permet de cen­tra­liser toutes les données de balisage. Il faut l’imaginer comme une boîte à outils dans laquelle on trou­verait un tour­nevis (Google Ana­lytics) ou encore un marteau (Google Ads).

Google Tag Manager gère les « tags » pré­sents sur votre site. Pour infor­mation, un tag est une ligne de code qui permet de récu­pérer des infor­ma­tions sur les visi­teurs. Comme par exemple quand ils cliquent sur un bouton. Ce tag va donc garder l’information et l’envoyer à votre Google Ana­lytics si celui-ci est relié.

En résumé, ce système permet d’avoir des infor­ma­tions liées au tra­cking du site.

 

 

Les ten­dances de recherche

 

 

Vous voulez savoir si un certain mot-clé est for­tement recherché à un endroit ou à une période précise ? Google Trends vous sera très utile. Grâce à cet outil, vous pourrez com­parer des mots-clés ensemble. Par exemple, si vous voulez confronter deux marques concur­rentes pour savoir laquelle est la plus recherchée, c’est pos­sible, et tout le monde peut y avoir accès. Ceci pourra vous donner des indi­ca­tions sur la noto­riété de celle-ci entre autres.

Google Trends sélec­tionne aussi pour vous les ten­dances du moment avec des zones géo­gra­phiques ou des courbes chro­no­lo­giques. On peut aussi découvrir les ten­dances par année. Pas de sur­prise, pour l’année 2020, le mot n°1 le plus popu­laire est « Coro­na­virus » en France.

 

 

L’intérêt des outils Google pour un marketeur

 

 

Tous ces outils cités plus haut sont alors très utiles pour les pro­fes­sionnels tra­vaillant dans le mar­keting, comme pour une agence de com­mu­ni­cation, digital mar­keting, web par exemple. Ils per­mettent d’avoir des données chif­frées et véri­diques sur les actions mises en place. Uti­lisés ensemble, les résultats sont alors com­plé­men­taires et encore plus puis­sants pour établir une stra­tégie marketing.

 

 

Les chiffres au service de la publicité

 

 

Les sta­tis­tiques per­mettent d’évaluer la noto­riété d’un site, de com­prendre et définir par la suite la cible grâce aux données démo­gra­phiques notamment. Elles per­mettent de mieux com­prendre votre marché coté digital (à confronter avec le terrain) et de com­prendre le com­por­tement des inter­nautes sur votre site internet. Qui sont-ils ? D’où pro­viennent-ils ? Ces infor­ma­tions sont donc utiles tant pour le suivi de réfé­ren­cement naturel (SEO) que payant (SEA).

Le SEA va per­mettre d’obtenir de la visi­bilité ins­tan­ta­nément sur du court ou moyen terme. Alors que le SEO sera sur du long terme. Pour plus d’information sur le SEO, vous pouvez lire l’article dédié, ici. Coté SEA, réfé­ren­cement payant, c’est par ici  !

 

 

Opti­miser son réfé­ren­cement naturel avant la publicité

 

 

Mais avant de se lancer dans le réfé­ren­cement payant, il est important d’optimiser le réfé­ren­cement naturel. Les fiches Google My Business ont une fonc­tion­nalité forte quand on sou­haite opti­miser le réfé­ren­cement naturel de notre site. En effet, une fiche bien opti­misée par­ticipe à donner des élé­ments qua­lifiés à Google. Et comme on dit, plus on donne à manger à Google, plus il com­prendra qui on est et plus il réfé­rencera le site.

A noter : vous n’avez pas tou­jours la main sur votre fiche Google My Business. Pourquoi ? Parce que soit Google la crée pour vous lors de la création de votre activité. Il faut alors « reven­diquer ». Mais il est parfois pos­sible que quelqu’un d’autre que vous ait reven­diqué la fiche GMB. Il faudra alors montrer patte blanche et pré­ciser à Google que vous êtes bien le/​la propriétaire.

 

 

Les outils Déve­lop­pement Web

 

 

L’analyse et l’optimisation d’un site internet

 

 

Quand on déve­loppe un site, on a besoin d’analyser les données. Google Search Console est un outil qui permet de visua­liser toutes les erreurs grâce au robot de Google (Google Bot) qui visite notre site. Ces erreurs peuvent être des erreurs 400 ou 500 (erreurs de ser­veurs). Il sert aussi à sou­mettre un site map (structuration/​schéma d’un site web) quand il y a un pro­blème de référencement.

En résumé, cette solution permet d’analyser la santé de notre site internet et de voir comment il est perçu par le moteur de recherche. Très peu utilisé par le commun des mortels, tou­tefois le Google Search Console est utilisé par les webmasters.

 

 

L’intérêt des outils Google pour un déve­loppeur web

 

 

Com­prendre Google pour amé­liorer ses résultats

 

 

Pour un pro­fes­sionnel tra­vaillant dans le déve­lop­pement web, il est essentiel de pouvoir com­prendre les erreurs sur son site web, pour lui per­mettre de les cor­riger par la suite. Son but premier est la visi­bilité, alors il faut savoir brosser dans le sens du poil les robots de Google.

Concernant les pro­blé­ma­tiques d’erreur notamment, il est important de suivre ces élé­ments surtout dans le cadre de suivi SEO et d’optimisation. En d’autres termes, il faut que votre site reste en bonne santé.

 

 

Les outils acces­sibles à tous

 

 

Des outils à des­ti­nation des par­ti­cu­liers, uti­li­sable aussi par les professionnels

 

 

Google propose des outils pour les pro­fes­sionnels du mar­keting et du déve­lop­pement web, mais il en existe aussi beaucoup qui sont acces­sibles à tous.

Nous pouvons parler de Google Agenda, qui permet à n’importe qui de pla­nifier des rendez-vous et de s’organiser. Il peut bien-sûr avoir une uti­li­sation pro­fes­sion­nelle. Cette solution peut être aussi une extension à intégrer dans un site WordPress.

En situation de pan­démie, Google Meet s’est aussi démo­cratisé. C’est un outil simple qui permet d’organiser des visio­con­fé­rences pour les pro­fes­sionnels mais aussi les particuliers.

De plus, nous avons YouTube. Tout le monde le connait, tout le monde l’utilise mais savez-vous qu’aujourd’hui il est considéré comme un réseau social à part entière ? Savez-vous aussi qu’il reste le deuxième moteur de recherche le plus utilisé après Google ? Il est alors néces­saire pour les entre­prises de s’y inté­resser pour opti­miser leur réfé­ren­cement naturel.

Le format vidéo est ten­dance : le temps moyen de visionnage par inter­naute et par jour a consi­dé­ra­blement aug­menté, passant de 67 minutes en 2017 à 84 minutes en 2019 et devrait atteindre 110 minutes en 2021 (Online Video Fore­casts 2019, Zenith). Bref, nous sommes collés à nos petits écrans à visua­liser des vidéos. Alors, uti­lisons ses outils. Envie d’en savoir plus sur le poids de la vidéo en mar­keting ? C’est par ici !

Bonus : Google, essentiel dans une stra­tégie digitale.

 

 

Google est le moteur de recherche le plus utilisé, il est donc important de connaître ses outils et savoir les uti­liser pour atteindre sa cible au mieux. Il constitue un allié face à vos concur­rents. Il faut alors réussir à com­prendre l’outil Google et ses algo­rithmes pour opti­miser son réfé­ren­cement naturel. 

 

En Conclusion

 

 

Le plus d’Impact Evo­lution : vous êtes l’un de nos clients, alors on vous chou­choute, à com­mencer par votre compte Google. Pour les suivis SEO et les lan­ce­ments et suivi de cam­pagne SEA, nous créons pour vous un compte Google pour gérer tout cela. Ce compte vous appar­tient. Nous donnons sim­plement accès au compte de l’agence pour admi­nistrer tout cela. Demain, vous sou­haitez voler de vos propres ailes ? Et bien votre compte Google restera le vôtre, pas de chan­gement ! (Mis à part le fait que nous ne serons plus admi­nis­tra­teurs). C’est un point de détail mais qui est au final de grande impor­tance, car toutes les agences web ne fonc­tionnent pas ainsi.

Ca fait beaucoup d’outils gra­tuits d’un coup, nous serions ravi de dis­cuter mar­keting digital et stra­tégie digital autour d’un thé ou café !

Par­tagez cet article sur :